Le Laos, nouvel Eldorado pour le Bitcoin ?

Share on twitter
Share on reddit
Share on facebook
Le Laos et le bitcoin

Le Laos sait se montrer opportuniste. Après l’interdiction du minage de bitcoin en juin dernier par le gouvernement chinois, de nombreux mineurs cherchent un nouveau pays d’accueil. Le Laos, venant cette semaine d’autoriser officiellement l’achat et le minage de bitcoin sur son territoire, pourrait bien être un des choix les plus stratégiques.

Le marché des cryptomonnaies : solution à certaines difficultés.

Cette volonté de se rapprocher du marché des cryptomonnaies vient en partie du manque à gagner de l’activité touristique du pays fortement touchée par la pandémie. De plus, le fort taux d’endettement du Laos et la surproduction d’électricité que connait ce dernier sont deux autres facteurs à l’origine de ce rapprochement. En effet, le gouvernement cherche une source de revenus pour alléger la dette du pays s’élevant à près de 14 milliards de dollars.

Le bureau du Premier ministre a par ailleurs déclaré cette semaine que six entreprises, dont des groupes de construction et une banque, avaient été autorisées à commencer à extraire et à échanger des cryptomonnaies telles que le bitcoin, l’ethereum et le litecoin. Les entreprises qui ont été autorisées à commercer et à extraire des bitcoins sont les suivantes : Wap Data Technology Laos, Phongsubthavy Road & Bridge Construction Co, Sisaket Construction Company Limited, Boupha Road-Bridge Design Survey Co, Ltd, Joint Development Bank, et Phousy Group.

Le Laos, pays du minage responsable

Un atout majeur du Laos pour les mineurs exilés de Chine cherchant un pays d’accueil est son abondance en électricité. Le Laos est parmi les plus riche d’Asie du sud-est en terme de ressources hydroélectriques avec un potentiel de 26,5 gigawatts, ce qui permettrait un minage à la fois responsable et d’autant plus rentable.

« Le Laos dispose d’une abondante capacité de production d’électricité et il n’a pas beaucoup de demande interne pour cette énergie.»,  

. « Et l’une des principales exigences pour l’extraction de crypto-monnaies est une quantité massive d’énergie. »

A déclaré David Tuck au Financial Times, un de leur partenaire basé à Bangkok chez Lyriant Advisory, un cabinet de conseil en intelligence économique.

L’utilisation de l’hydroélectricité pour l’extraction de cryptomonnaies pourrait permettre au Laos de présenter cette industrie comme “neutre en carbone”, à un moment où l’empreinte carbone des crypto-monnaies fait l’objet de critiques internationales croissantes, a ajouté M. Tuck.

Une multitude d’organismes gouvernementaux, dirigés par le ministère des Technologies et des Communications, sont désormais chargés de rechercher et de déterminer les règles et règlements régissant l’utilisation du bitcoin et d’autres crypto-monnaies au Laos, notamment le ministère des Finances, le ministère de la Planification et de l’Investissement, le ministère de l’Énergie et des Mines, le ministère de la Sécurité publique, la Banque du Laos et l’Électricité du Laos.

Ainsi, le Laos se place comme une terre d’accueil au Bitcoin avec une réglementation de plus en plus favorable à ce dernier et des conditions de minage optimales grâce à une électricité responsable abondante ainsi qu’un coût de terrain relativement faible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *