L’interdiction du minage de bitcoins en Chine fait des heureux.

Share on twitter
Share on reddit
Share on facebook
minage de bitcoins

L’interdiction du minage de bitcoins par le gouvernement chinois en juin dernier n’a pas fait que des malheureux, bien au contraire. Les mineurs internationaux de bitcoins sont les grands gagnants de cette interdiction, générant des profits toujours plus importants en comblant le vide laissé par leurs anciens plus gros rivaux, les mineurs opérant sur le territoire chinois.  

La Chine était le plus grand producteur de bitcoins au monde, représentant plus de la moitié de la production globale. Cette interdiction est donc une énorme opportunité de profit pour les mineurs d’autres pays et ouvre également le marché à de nouveaux intervenants.

« Pensez à la production mondiale quotidienne moyenne de bitcoins comme à une tarte. La taille du gâteau est restée la même, et chaque mineur existant a pu se servir une part beaucoup plus grande. »

A déclaré Shane Downey, directeur financier de Hut 8 Mining, une société cotée en bourse basée à Toronto.

L’un des principes de l’activité de minage est la création de nouveaux bitcoins en utilisant de puissants ordinateurs pour résoudre des énigmes mathématiques. Le nombre de bitcoin pouvant être produit chaque jour est fixe, de sorte qu’avec moins de rivaux, il est plus facile et moins cher d’en produire.

Suite à la répression chinoise sur l’industrie du minage, la puissance informatique globale consacrée à l’extraction de bitcoins dans le monde a d’abord été divisée par deux, mais elle est aujourd’hui inférieure d’environ 30 % à celle du mois de mai, selon le site Web de données Blockchain.com.

Par ailleurs, la rentabilité des mineurs de bitcoins dépend du coût et de la quantité d’électricité nécessaire pour faire fonctionner les serveurs et du rythme auquel les unités peuvent être extraites, mais également du cours du bitcoin sur le marché. La récente hausse du bitcoin de ces dernières semaines passant le cap des 50 000 dollars après avoir atteint son plus bas niveau de l’été (environ 30 000 dollars), pourrait constituer une incitation supplémentaire pour les mineurs.

« C’est comme si nous avions doublé le nombre de nos machines ».

a déclaré Fiorenzo Manganiello, fondateur de la société de capital-investissement Lian Group, qui possède l’une des plus grandes fermes minières de bitcoins renouvelables en Europe.

Hut 8 Mining en a également profité : la société a enregistré une hausse de 241 % de ses revenus miniers au deuxième trimestre, soit 31,4 millions de dollars canadiens (24,8 millions de dollars américains), et son directeur général a fait remarquer que les mois de juin et juillet ont été exceptionnels en raison de l’absence de l’industrie chinoise.

« À la suite de l’interdiction des mineurs nationaux par la Chine, la [production] mondiale a chuté d’environ 40 à 50 %, et chez Hut 8, nous avons commencé à extraire environ 40 à 50 % de bitcoins en plus, sans augmentation de coût directement imputable », a déclaré M. Downey de Hut 8.

Sam Doctor, chef de la stratégie du spécialiste américain des actifs numériques BitOoda, a estimé qu’il faudrait environ 18 mois pour que les capacités reviennent aux niveaux d’avant l’interdiction. Remplacer les ressources perdues prendra du temps car cela implique de mettre à niveau les infrastructures électriques et de construire des installations.

Source:

https://www.ft.com/content/1188803d-4327-4628-9dec-f30f38a03d94

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *