L’objectif de la blockchain est de permettre l’enregistrement et la distribution d’informations numériques de manière totalement décentralisée et immuable. Cette technologie a été décrite pour la première fois en 1991 par Stuart Haber et W. Scott Stornetta, deux chercheurs qui souhaitaient mettre en place un système dans lequel les horodatages (mécanisme consistant à associer une date et une heure à une information) des documents ne pourraient pas être modifiés. Mais ce n’est que près de deux décennies plus tard, avec le lancement du Bitcoin en janvier 2009, que la blockchain a connu sa première application majeure dans le monde réel.

La Blockchain peut être un mot effrayant au premier abord et sembler compliquée à comprendre, mais le principe de base est finalement assez simple. Pour bien comprendre ce qu’est la Blockchain, il nous faut d’abord avoir une bonne compréhension de ce qu’une base de données est.

Une base de données est une collection d’informations (ou données) qui est stockée de manière électronique (serveurs) sur un ordinateur. Elle est conçu pour héberger des quantités plus ou moins importante en fonction de la puissance de stockage des ordinateurs. Les bases de données peuvent être accédées, filtrées et manipulées par tout type d’individu en ayant l’accès (exemple : Wikipédia dont les simples utilisateurs peuvent seulement accéder aux données et dont les membres peuvent modifier les articles).

Les serveurs sur lesquels les données sont déposées peuvent parfois être construits à partir de centaines ou de milliers d’ordinateurs afin de disposer de la puissance de calcul et de la capacité de stockage nécessaires pour que de nombreux utilisateurs puissent accéder simultanément à la base de données. Si une base de données peut être accessible à un nombre quelconque de personnes, elle appartient souvent à une entreprise qui a le contrôle total de son fonctionnement, de ses données et le choix de la rendre public ou privée.

En quoi une Blockchain diffère-t-elle d’une base de données classique ?

L’une des principales différences entre une base de données classique et une blockchain est la structure de leurs données. Une base de données structure les siennes sous forme de tableaux, tandis qu’une blockchain, comme son nom l’indique, structure ses données sous forme de morceaux (blocs) qui sont enchaînés les uns aux autres.

Une blockchain rassemble donc les informations en blocs. Ces derniers ont une certaine capacité de stockage et, lorsqu’ils sont remplis, sont enchaînés sur le bloc précédemment établit, formant une chaîne de données appelée “blockchain”. Toutes les nouvelles informations qui suivent ce bloc fraîchement ajouté sont compilées dans un nouveau bloc qui sera ensuite ajouté à cette même chaîne une fois remplie. Ce système permet une chronologie irréversible des données lorsqu’il est mis en œuvre de manière décentralisé. C’est-à-dire que lorsqu’un bloc est remplit, il est “gravé dans la roche” et devient une partie de cette chronologie qui ne peut être inversée. Par ailleurs, chaque bloc de la chaîne reçoit un horodatage exact lorsqu’il est ajouté à la chaîne.

La deuxième différence majeure entre la blockchain et une base de données est le type de stockage. Comme vu précédemment, une simple base de données est contrôlée par une entreprise et stockée dans un entrepôt. A l’inverse, la blockchain n’est contrôlée par personne (ou plutôt contrôlé par tout le monde à la fois), ce qui signifie que toutes les données sont stockées dans les ordinateurs de chaque individus le souhaitant, peu importe leur zone géographique, et non pas dans un même et unique entrepôt. Les chaînes de blocs sont donc gérées par un réseau pair-à-pair pour être utilisées comme une grande base de donnée distribuée, où les nœuds (ordinateurs) adhèrent collectivement à un protocole pour communiquer et valider les nouveaux blocs.

Ainsi, toutes les blockchains sont des bases de données, mais toutes les bases de données ne sont pas des blockchains.

La Blockchain et le Bitcoin.

Pour mieux comprendre comment la blockchain fonctionne et voir en quoi cette technologie comporte des avantages, considérons la dans le contexte du Bitcoin. Le Bitcoin a besoin d’une base de données pour enregistrer toutes les transactions effectuées sur son réseau. Cette base de données ce présente donc sous la forme d’une blockchain. Ainsi, contrairement à la plupart des bases de données ordinaires, les ordinateurs qui permettent le stockage de toutes ces données n’appartiennent pas à une entité fixe, le tout dans un même entrepôt. A l’inverse, chaque ordinateur est géré par un individu ou groupe d’individu unique.

Imaginez une entreprise qui possède un serveur composé de 10 000 ordinateurs avec une base de données contenant toutes les informations sur ses transactions ainsi que sur les comptes de ses clients. Pour stocker tous ses ordinateurs sous un même toit, l’entreprise dispose d’un entrepôt et a donc par conséquent  un contrôle total sur tous ses ordinateurs et de toutes les informations qu’ils contiennent.

De la même façon, le Bitcoin est également composé de milliers d’ordinateurs afin d’enregistré toutes les transactions et informations qui circulent sur son réseau. En revanche, à l’inverse de l’entreprise qui a tous ses ordinateurs sous un même toit détenant un contrôle absolu sur tous les ordinateurs (et donc toutes les informations qui y circulent), chaque ordinateurs (également appelé nœuds) qui soutiennent le réseau Bitcoin ce trouvent dans un lieu géographique différent et sont tous exploités par des individus et groupes de personnes distincts. Ainsi, il n’y a aucune entité ayant la main mise sur tous les ordinateurs, le contrôle des informations et du réseau est donc dit « décentralisé ».

Grâce à cette décentralisation, la blockchain permet à ses utilisateurs de partager et de stocker des données sans aucune forme d’autorité centrale. En fonctionnant de manière totalement décentralisé, elle supprime de nombreux intermédiaires et permet ainsi des gains de coûts pour chaque utilisateurs. Le Bitcoin, première application de la blockchain, en est l’illustre exemple. Il permet l’abaissement des coûts pour tout type de transactions financières offrant une alternative au système bancaire tel qu’on le connait aujourd’hui.

Source: https://www.investopedia.com/terms/b/blockchain.asp